Communiqué de Presse de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples sur les récentes attaques contre les populations civiles en Ituri, République Démocratique

share

La Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (la Commission), à travers son Commissaire en charge du suivi de la situation des droits de l’homme en République Démocratique du Congo (RDC), l’Honorable Commissaire Marie Louise Abomo, a appris avec consternation une énième attaque survenue ce 4 septembre 2021 en Ituri, et ayant occasionné au moins 30 pertes en vies humaines au sein des populations. Cette attaque a eu lieu dans les collines de Tsani Tsani et Mapasana, à Luna-Samboko, village situé à la limite avec la province voisine du Nord-Kivu.

Avant cette attaque, une autre avait été perpétrée trois jours plus tôt, le 1er Septembre   2021 à Bandibese dans le territoire d’Irumu dans la province de l’Ituri. Celle-ci aurait fait selon des sources officielles dix morts, quatorze véhicules incendiés et plus de quatre-vingt personnes portées disparues. Des détails sur l’incident tragique révèlent qu’un convoi de véhicules escortés par les Forces Armées de la République Démocratique du Congo et les Forces de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo, en route pour Beni serait tombé dans une embuscade tendue par un groupe armé que plusieurs sources soupçonnent d’être les ADF (Allied Democratic Forces  ou  en français « Forces démocratiques alliées »). Il faut noter que l’attaque du 4 septembre 2021 est aussi attribuée à ce groupe de rebelles ougandais musulmans que l’Etat Islamique présente désormais comme sa branche en Afrique Centrale, toute chose qui est davantage préoccupante pour toutes les parties prenantes dans la région quand l’on connait le danger pour les populations civiles que constitue cette organisation terroriste et ses affidés. Il suffit de se fier aux témoignages de diverses sources crédibles sur le mode opératoire des ADF pour réaliser la barbarie de ces derniers qui massacrent leurs victimes principalement à la machette, les égorgent, les éventrent et aussi leur ôtent la vie par armes à feu.

Conformément à son mandat de promotion et de protection des droits de l’homme et des peuples en vertu de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (la Charte africaine), et en lien avec ces événements, la Commission rappelle la sacralité du droit à la vie telle que garanti à l’article 4 de la Charte africaine, la proscription absolue des actes cruels, inhumains et dégradants tels que visés à l’article 5 de la Charte Africaine et du droit des peuples à la paix (article 23).

 La Commission constate que ces attaques et l’insécurité en Ituri, portent gravement atteinte aux droits ci-dessus énumérés et ont un impact négatif sur la totalité des obligations de la RDC relativement à la Charte africaine que ce pays a ratifié depuis 1987.

La Commission appelle le  Gouvernement de la RDC, en tant que premier garant des droits de l’homme sur son territoire, à prendre toutes autres mesures additionnelles nécessaires, y compris par l’appel à l’accentuation de la solidarité et coopération internationales, afin de mettre fin à cette série macabre d’attaques contre les innocentes populations civiles. Dans ce sens, il est impérieux de s’assurer que les victimes et leurs ayants-droits ont accès à la réparation, au soutien psychologique et à la justice pour la violation de leurs droits fondamentaux occasionnée par ces attaques.

La Commission reste saisie la situation spécifique en Ituri et celle générale de la RDC; et le Commissaire Rapporteur suit avec attention celles-ci.   

 

                                                                                         Fait à Banjul, le 8 septembre 2021